SÉNÉ FOOTBALL CLUB : site officiel du club de foot de SÉNÉ - footeo

« Il faut que les gens soient heureux d’être ensemble et de travailler ensemble. »

27 janvier 2017 - 13:12

En 15 ans Éric Blouet s’est beaucoup investi dans son club, mais surtout pour son club. D’abord membre du bureau, il est devenu vice-président des jeunes de 2007 à 2014, et est maintenant co-président avec Philippe Kerlidou depuis 2 ans. Entre projets pour 2017 et volonté de voir l’équipe senior se relever, il se livre sur ses envies pour le Séné FC.

 

 

Qu'est-ce qu'on peut souhaiter au club pour 2017 ?

D’un point de vue sportif, on s’attendait à avoir une saison de transition, peut-être pas aussi difficile que celle que l’on vit actuellement. Il y a eu beaucoup de départs, notre entraineur général est parti à l’intersaison dernière et comme souvent il y a eu des mouvements de joueurs, même s’ils sont assez peu nombreux à l’avoir suivi. À la suite de quoi nous avons recruté Steven Pelé, qui a un beau CV puisqu’il a évolué en Ligue 1 et aussi en Ligue 2, et qui s’occupe d’entraîner les seniors. Donc le but aujourd’hui est de faire en sorte que les garçons soient bien ensemble, qu’ils aient toujours l’envie et le goût de venir aux matchs, même si perdre est difficile quand on fait des efforts aux entraînements. Ça fait partie du football. Mais nous sommes là pour les encourager. Donc en soit il n’y a pas d’obligations sportives, mais il faut se maintenir. Et puis si jamais on descend, on rebondira. Mais Steven a bon espoir de maintenir la A et de la garder en Régionale 2 l’année prochaine au lieu de la DSR. Du côté des jeunes nous avons eu pas mal de difficultés, mais un gros travail est fait pour avoir de nouveaux effectifs. Pas mal de jeunes sont revenus dans le club, avec un bon esprit d’équipe sur lequel on peut construire l’avenir du club.

Quels sont les objectifs pour cette fin de saison ?

On espère maintenir la A et la B si possible, même si pour elle ça sera plus difficile. Mais on pourra rebondir si jamais elle descend. Le but étant de continuer à former des jeunes pour que le plus possible d’entre eux puisse jouer en ligue. Puis pour les petits, le principal objectif est qu’ils prennent du plaisir, ensemble, avec un esprit de groupe et avec leurs éducateurs.

Qu’est-ce qu’il faudrait développer ou continuer à développer pour les prochaines saisons ?

Avant on avait une équipe C, mais elle n’existe plus à cause des départs. L’objectif avec les jeunes qui reviennent serait de recréer cette équipe, même si elle évoluera, pour commencer, au bas du district. Puis il faut faire en sorte de rester attractifs, pour au moins se maintenir à notre niveau actuel.

 

Est-ce que de nouveaux aménagements sont prévus ?

En mai dernier on a eu de nouveaux vestiaires ce qui est déjà une bonne chose. Au niveau des terrains, ça reste un dossier compliqué. Dès le mois de juin des travaux vont commencer sur le terrain B, pour intégrer un arrosage automatique utilisable pour la prochaine saison. À l’heure actuelle seul le terrain A dispose de ce système, relié directement à la nappe phréatique qui est juste en-dessous. Pour l’instant ce terrain B est trop utilisé, notamment parce qu’il est le seul à disposer d’un éclairage. Il devient vite impraticable et trop abîmé car il est trop utilisé pour les entrainements. La municipalité engage les travaux dès la fin de la saison. Enfin le terrain C sera aussi retravaillé d’ici environ 2 ans. Des pylônes vont être ajoutés autour du terrain C, fin mars si tout va bien, pour soulager le terrain B.

Côté partenariat, comment ça se présente ?

C’est un sujet très important pour une association. Cela représente un quart de nos ressources, donc une part non négligeable. C’est un travail de fond très long, qui demande du temps et beaucoup d’efforts. 

Que pouvez-vous nous dire de la section foot, envisagée avec le collège Cousteau ?

Le collège a donné son accord. Le principal est intéressé par notre projet qui tourne bien sûr autour du foot, mais aussi sur le plaisir d’être ensemble. On a cette idée depuis longtemps, et ça y est le projet est validé. Mais le dossier doit être prêt pour le 3 février et envoyé au rectorat de Rennes. Le maximum va être fait. Mais si jamais il y a du retard, une convention sera faite entre le collège et le club. Donc dans tous les cas, que ce soit une section validée par la fédération et le rectorat ou une simple convention, tout cela sera mis en place dès la prochaine rentrée de septembre. Ce genre de projet permet aussi de faire venir de nouvelles personnes, parce que les jeunes veulent rester ensemble et jouer ensemble.

Comment attirer plus de spectateurs lors des matchs ?

C’est vrai qu’il y a peu de monde, mais c’est un mal général. Les gens sortent beaucoup moins. Si on revient dix ans en arrière on avait régulièrement 200 personnes au stade. Mais maintenant même pour les grosses affiches on monte à environ 150 personnes, le reste du temps environ 70. Donc on peut sûrement faire des choses, mais qui demandent encore du temps. La première chose à faire serait de communiquer davantage. Avant on avait des affiches sur la commune et aux alentours annonçant les matchs. Aujourd’hui ça se passe seulement sur internet et dans les journaux. Il faut informer les gens.

 

 

L’équipe A en est à quatre défaites consécutives. C’est inquiétant ?

Oui, mais le moral est bon ! Il faut rebondir et casser cette spirale en enchaînant des résultats positifs et garder le niveau actuel. Si jamais on descend il faudra repartir sur de nouvelles bases avec des jeunes qui auront envie de mouiller le maillot et surtout de se faire plaisir ensemble.

Le foot féminin se développe de plus en plus. Est-ce que vous avez déjà eu l’idée avec le club de développer une section féminine ?

On a cette idée depuis longtemps, mais c’est difficile à mettre en place. Garçons et filles peuvent jouer ensemble jusqu’à un certain niveau. Il faut un effectif suffisamment conséquent pour pouvoir développer une section féminine. Avec le collège Cousteau, d’ici peut-être deux ans, on pourrait créer une section 100% féminine, même si évidemment elles pourront s’y inscrire dès la saison prochaine au collège.

Un tournoi est organisé en juin, c’est un projet important pour vous ?

C’est une belle idée qui date de 2015. À la base c’était seulement avec des équipes régionales. Puis on l’a étendu sur tout le grand ouest et la région parisienne. Le tournoi se fait maintenant sur deux jours, durant le premier week-end de juin, et l’année dernière une équipe est même venue de l’Île de la Réunion. Huit jours après notre tournoi il y a celui de Guerlédan qui attire beaucoup de monde, notamment des équipes venant du reste de l’Europe. L’équipe réunionnaise y vient chaque année huit jours en avance, et du coup maintenant ils participent aussi à notre tournoi. Deux équipes russes de Kaliningrad vont aussi venir participer à ces deux tournois. Il a donc fallu gérer l’hébergement bien entendu, avec les campings alentours et entre les dirigeants. L’année dernière tout s’était très bien passé, donc ça motive le club mais aussi les équipes venant participer qui vont parler de notre tournoi et attirer de nouvelles équipes. En plus le cadre du Golfe du Morbihan est un bon atout.

Quelles sont les valeurs les plus importantes à défendre dans un club de foot ?

L’amour du club, qui se renforce avec les jeunes qui s’investissent et qui amènent de nouvelles idées. Mais on est d’abord une association, il faut donc que les gens soient heureux d’être ensemble et de travailler ensemble. C’est pour moi la base de tout, ce qui permet de faire bouger les choses jusque sur le terrain. L’humain fait la différence.

En trois mots, comment définiriez-vous le club ?

Club à taille humaine avec ses 250 licenciés. L’humain. L’esprit d’équipe.

 

Julien GANDON.

Commentaires

Aucun sondage