« Je n'ai jamais cherché à aller voir ailleurs »

10 février 2017 - 22:32

 

 

Guillaume la semaine, « P'tit Gui » le dimanche après-midi sur les terrains. Capitaine de l'équipe fanion et licencié depuis ses 5 ans, Guillaume Le Gal est un modèle pour beaucoup. Alors que son équipe lutte pour le maintien, lui s'investit plus encore pour son club en intégrant le bureau. L'histoire d'un mec qui s'investit et qui joue pour être avec ses potes.

 

 

Le match nul contre Noyal-Brece est-il un bon résultat ?

Oui, dans le sens où on est bien revenus, avec un bon état d'esprit même si on espérait la victoire. Les conditions climatiques n'étaient pas évidentes, mais on a réussi à égaliser à la 85ème alors c'est un bon résultat.

Qu'est-ce qu'on ressent après quatre défaites de rang, comme c'était le cas avant ce match ?

C'est difficile parce qu'on s'enfonce dans une spirale négative. On a tendance à se rejeter la faute les uns sur les autres, il y a moins de monde aux entraînements... C'est bien d'en être sortis, on a un meilleur état d'esprit maintenant.

Et comment on en sort ?

Par une remise en question de chacun. Il faut mettre les choses à plat, continuer à s'entraîner et à faire des efforts sur le terrain.

Qu'est-ce qui vous motive à jouer au football ? Ça doit être dur dans des moments comme ceux-là...

Oui mais il y a le plaisir de la compétition, de l'effort, de jouer avec les potes... Cette année est plus difficile, mais on se remotive tous pour s'améliorer.

Que pouvez-vous dire de l'évolution du club depuis votre arrivée ?

C'est une fierté de porter le maillot du club de ma ville. Je suis ici parce qu'il y a mes potes et pour l'ambiance au club. Je n'ai jamais cherché à aller voir ailleurs.

Vous n'envisagez pas de quitter le Séné FC pour aller jouer ailleurs ?

Non, franchement non. Je ne me vois pas porter le maillot d'un autre club. Je ne sais pas si j'aurais la même motivation.

Qu'est-ce que ça fait d'être considéré comme un patron et un modèle au sein du club ?

C'est normal de s'investir dans le club. On a été jeunes dans ce club, c'est la suite logique car on a pris exemple et c'est à notre tour de transmettre.

Pourquoi une telle fidélité au club ?

Je suis chauvin. Je n'ai jamais ressenti le besoin de bouger.

Quel est votre plus beau souvenir au Séné FC ?

La victoire en coupe Chaton, en 2009. C'était un super moment. La semaine d'avant on manque la montée à cinq minutes de la fin. Mais on a su créer l'exploit contre une équipe qui jouait trois divisions au-dessus de nous. Je me souviens du match, de la soirée d'après... Grosse ambiance ! Et mon équipe à 18 ans aussi. On était entre potes et on a fait une super saison. On était amis de longue date, j'ai connu une grande partie de mes amis d'aujourd'hui grâce au foot.

Quels défis faudra-t-il relever d'ici la fin de saison ?

Maintenir les 2 équipes, qui ont toutes les deux le niveau de la ligue. C'est important pour l'avenir du club.

Si vous deviez définir le club en trois mots... ?

Ambiance, chaleureux, et convivialité.

 

Pierre Antoine BOIVENT

 

Commentaires

Aucun sondage