« On constate que les équipes de U13 ont énormément progressé. »

10 mars 2017 - 20:50

 

Tous les parents de jeunes joueurs de Séné le connaissent, et pour cause. Yvon Le Gac est responsable de l'école de foot et chapeaute des équipes de U6 jusqu'à celles de U13. C'est également à lui que l'on doit le tournoi, relancé l'année dernière et qui accueillera cette année des équipes venues tout droit de Russie.

 

Que pensez-vous de la saison des équipes de l'école de foot ?

Ce qui est le plus important c'est de diviser la saison en plusieurs étapes. Il y a la Toussaint, Noël et février. Quand un jeune vient s'inscrire le plus important pour nous est de voir s'il progresse. Le plus satisfaisant est de voir que le gamin progresse. C'est globalement le plus important, pas forcément les résultats. Si les gamins progressent ils font progresser l'équipe. En école de foot on ne parle pas de championnat, du moins pas moi. Ce sont des rencontres durant lesquelles les enfants doivent appliquer ce qu'ils ont appris durant les mois précédents. C'est une des bases essentielles. On constate que les équipes de U13 ont énormément progressé.

Comment abordez-vous la saison prochaine pour ces équipes ?

Ce qu'il faut savoir c'est que d'une année sur l'autre on fait des prévisionnels. Pour l'an prochain, même s'il se peut que certains arrêtent ou partent, on aura de quoi constituer deux équipes U11 et deux équipes U13. L'important est d'avoir des effectifs assez stables de manière à avoir au minimum deux équipes dans ces catégories, ce qui sera le cas dans les années à venir.

Quel bilan tirez-vous du tournoi de l'année dernière ?

C'est un bilan plus que satisfaisant, pour la simple et bonne raison que c'était une première dans une nouvelle formule. L'ancienne formule était un tournoi avec des U11, U13 et U15. Le maximum d'équipes qu'on a eu était de 54. Mais ça devenait difficile d'avoir des U15 et dans la mesure où c'était un tournoi purement local (périphérie de Vannes NDLR), personnellement je me suis fatigué, ça ne m'intéressait plus beaucoup. Et l'idée m'est venue de lancer un tournoi avec des équipes hors département. Ça a été un pari gagné puisque ça a été un bon succès, non seulement populaire mais aussi financier. On s'en est tirés avec un bénéfice assez important. La grosse satisfaction a été le nombre d'équipes. Et on a eu la chance d'avoir une équipe de La Réunion.

Qu'attendez-vous du tournoi de cette année ?

Cette année on a deux équipes Russes. Ils seront une cinquantaine de personnes, c'est une grosse délégation. On en attend la même chose. Un temps satisfaisant, si on pouvait avoir plus de monde à venir... On n'avait pas tellement communiqué par la presse.

Comment pourrait-on inciter les gens à se déplacer pour venir assister au tournoi ?

Je pense que le fait de voir qu'il y a des équipes hors département voire une équipe russe, j'espère les réunionnais et faire savoir que les équipes de l'année dernière reviennent, que le tournoi les a intéressés, comme le lieu. Essayer de distribuer des affiches au travers des commerces, pourquoi pas. On ne l'avait pas fait, faute de temps et de moyens.

En tant que membre du bureau, quel regard portez-vous sur ce qui s'y passe actuellement (résultats des équipes, relance du tournoi et de la communication du club, entrée de jeunes joueurs dans le bureau, etc) ?

Je le vois d'un bon œil évidemment. Ce bureau n'a pas été renouvelé depuis un certain nombre d'années. Nous sommes cinq ou six à essayer de tenir le club plus les gens qui nous aident au coup par coup. Le gros danger est que ce sont des postes clé, à savoir la présidence, les finances... Même l'école de foot. Je ne cherche pas de successeur mais je cherche à être aidé dans certaines tâches.

Quelle est l'importance des bénévoles dans un club comme Séné ?

Tout dépend de la tâche qui leur est impartie. Il y a les présidents, qui sont responsables du club à tous les niveaux. Les finances sont aussi gérées par un membre du bureau, il faut s'assurer que le club ne soit pas en péril financier. Le secrétariat également, il faut s'assurer de la bonne communication des informations venant d'autres clubs, à diffuser au sein du club, etc. Et malheureusement, concernant le secrétariat et la trésorerie, c'est une seule et même personne qui s'en occupe. Alors qu'il serait plus aisé d'être à deux. On a souvent entendu « je veux bien vous aider mais je n'y connais rien ». C'est comme tout, ça s'apprend, mais à une condition. La personne qui se propose doit être à l'écoute. Est-ce qu'on veut aider ou ne pas aider ? Or si on veut aider dans la trésorerie ce n'est pas faire des morceaux, ce n'est pas possible.

Pensez-vous qu'il soit possible de fidéliser les clubs étrangers présents au tournoi cette année ?

Si je prends l'exemple de Guerlédan, un immense tournoi international, il y a cette année des brésiliens, mais leurs frais sont en grande partie payés. Si on peut fidéliser ces clubs (de Russie et de La Réunion NDLR) par le biais du tournoi de Guerlédan il n'y a pas de soucis. Concernant les russes il leur fallait un hébergement. Pas de soucis, ils viendront au terrain de camping de Cantizac et ce sont eux qui paient. On ne pourra pas se permettre d'inviter des clubs étrangers et de leur dire « on vous paie l'hébergement ». Concernant les réunionnais, s'ils reviennent cette année ce sera uniquement pour nous, ils n'iront pas au tournoi de Guerlédan. On a partagé des choses ensemble, même si ce n'était que trois ou quatre jours. Mais pourquoi pas un jour aller là-bas avec notre école de foot.

Vous suivez le football au niveau français, en Ligue 1, ou même européen ?

Oui, bien évidemment. Je suis un fervent supporter nantais depuis de longues années, j'avais neuf ans. Et je suis très content de leur renouveau depuis le changement d'entraîneur. La Ligue des Champions évidemment je la suis aussi, notamment au travers de Monaco. Je commence à apprécier le PSG depuis que Ibra n'est plus là.

Si vous deviez définir le club en trois mots... ?

Fidélité, convivialité, et simplicité.

 

Pierre Antoine BOIVENT

 

Commentaires

Aucun sondage